Après de longues semaines de pluies incessantes, le soleil a
daigné pointer son bout nez et même les températures se sont adoucies. C’est
donc sans hésitez qu’hier matin, j’ai vite enfilé mon jean et habillé mon petit
bout de chou pour une promenade. Nous sommes passés par le marché et j’en ai
profité pour acheter quelques fleurs. Sur la route, nous avons rencontré ma
belle-mère et son autre petit-fils et c’est ensemble que nous avons prolongé la
promenade. La journée s’annonçait plutôt bien. Avant de rentrer, ma belle-mère
me proposa de garder Y une petite heure, le temps de cuisiner tranquillement et
c’est toute guillerette que je repris le chemin de la maison. Et là, je ne sais
pas comment, j’ai dû trébucher sur une pierre, en tout cas j’ai perdu l’équilibre
et je me suis retrouvée par terre. Donc voilà, la belle journée s’est finie au
centre médical pour une entorse à la cheville. Ce n’est pas grave, mais très
embêtant surtout quand on doit s’occuper d’un petit enfant ! Mais bon, je
ne vais pas commencer à me plaindre, mais plutôt vous donner la recette de ces
excellents gnocchis que j’ai fait un jour de pluie et sans béquilles 🙂

Note : ces gnocchis sont bien aromatisés, je les ai
donc servis avec juste un filet d’huile d’olive (extra vierge) et un peu de
fleur de sel. Cette recette m’a été inspirée du livre KitchenAid.

Vous avez besoin (pour 3 à 4 personnes) :

750g de butternut

1 cas d’huile d’olive

175g de farine de millet (ou farine blanche, farine de
riz …)

1 jaune d’œuf

1 cac et demi de
gingembre frais râpé

½ cac de noix de muscade

1 grosse gousse d’ail

Sel au goût

Coupez en gros morceaux le butternut puis épluchez-le.
Faites-le cuire au four avec la gousse d’ail en chemise à 200°C pendant 30
minutes environ ou jusqu’à ce qu’il devienne bien tendre. Attention à ne pas
brûler la gousse d’ail, retirez-la lorsqu’elle est cuite. Avec un presse purée,
réduisez la courge et l’ail en purée. Versez cette purée dans uns casserole
avec l’huile d’olive, le gingembre râpé, la noix de muscade et laissez cuire à
feu vif jusqu’à ce que le butternut ait séché en mélangeant de temps à autre.  Mettez-le dans un bol et ajoutez le sel, la
farine ainsi que le jaune d’œuf. Bien mélanger jusqu’à obtention d’une pâte
homogène. Placez au frigo pour plusieurs heures, voire toute la nuit. Posez la
pâte sur une surface généreusement farinée et formez de longues saucisses de
1,5 cm de diamètre. La pâte étant un peu collante, farinez vos mains. Découpez
en morceaux de 2 cm et roulez chaque gnocchi sur la fourchette farinée en pressant
légèrement.

Portez à ébullition une grande casserole d’eau salée et
déposez délicatement les gnocchis au fond. Bougez-les, toujours délicatement,
pour qu’ils ne collent pas à la casserole. Sortez-les lorsqu’ils remontent à la
surface et égouttez-les. Servez avec un pesto ou une sauce beurre à la sauge ou
encore avec juste un filet d’huile d’olive extra vierge et de la fleur de sel.

Rejoindre la conversation

21 commentaires

  1. coucou,
    ma pauvre chèrie ,j’espère que ta cheville va bien! tu nous régale avec tes gnocchis plein de soleil.
    merci pour ce partage culinaire et cette tranche de vie.
    bonne journée,samia.

  2. Il me reste un peu de courge au congélateur, suffisamment je pense pour faire tes gnocchis, ce doit être délicieux!
    Bon courage pour la cheville cassée, je sais que c’est contraignant pour les gestes quotidiens!
    A bientôt

  3. Très jolies tes photos. La recette n’a pas l’air mal non plus. J’espère que ce bon petit plat t’a aidé à te remettre de tes émotions…

  4. Un accident est bien vite arrivé! Bon rétablissement 😉 En tous cas je suis sure que ton plat de gnocchis fait oublier la douleur l’espace d’une bouchée. La gourmandise, c’est magique…

  5. Il me restait une courge butternut pour finir l’hiver. J’ai fait la pâte la veille avec de la farine riz/millet. Le lendemain, j’ai confectionné les petits gnocchis… on s’est régalé !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *